Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Nous contacter

En cas de problème, question, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à aixlesbains.ecologie @ gmail.com (sans espaces

Retrouvez-nous sur
LogoFacebook.jpg

Nous rejoindre

Vous pouvez soit nous soutenir en faisant un don ou en adhérant pour rejoindre le rassemblement des écologistes soit en coopérateur (en étant membre d'un autre parti politique) ou soit en adhérent du parti.
 

 

AGENDA

Nous contacter

Des infos plus précises seront données ultérieurement.

logoeelv2011blanc
16 avril 2021 5 16 /04 /avril /2021 20:32

Nos lectrices et lecteurs ont sans doute entendu l'annonce du gouvernement : les élections régionales et départementales auront bien lieu en juin prochain, avec une semaine de décalage. Pendant ce temps les militants écologistes sont partis dans deux directions : d'une part ils commencent à quadriller le terrain pour informer les habitants de la région de leurs propositions, et d'autre  part, ils sont en discussion avec les partenaires éventuels à gauche… Nous en saurons plus bientôt.

Voici un des derniers communiqués de l'équipe de campagne qui vous invite à une soirée exceptionnelle ce samedi 17 avril en vidéo-conférence à 19:00 sur Facebook.

Pour en savoir plus sur Vandana Shiva voir Wikipedia.

En France aujourd'hui, on ne meurt presque plus de faim mais le plus souvent de mal manger. C'est le constat que dresse le Secours populaire depuis plusieurs années. Il est notamment devenu trop cher pour certains ménages de manger des fruits et des légumes frais ou de l'alimentation saine tous les jours.

Il y a donc d'un côté des citoyennes et citoyens qui ne peuvent pas se nourrir convenablement, et de l'autre, nombre d'agricultrices, agriculteurs qui (sur)vivent difficilement de leur travail.  

En 2017, 20% des agricultrices et agriculteurs en France n’avaient pas pu se dégager un revenu. Chaque jour, une agricultrice ou un agriculteur se suicide dans notre pays.

 

👀 Une mesure à la hauteur de l'urgence

Nous souhaitons expérimenter, une fois à la tête de la Région, une Sécurité sociale de l'alimentation, proposition que détaille Fabienne Grébert, dans cette vidéo (https://www.facebook.com/watch/?v=457162878869430) :

Les agricultrices et les agriculteurs sont des acteurs décisifs de la transition écologique et sociale que nous construisons. Une société écologiste est une société juste qui rémunère ses agriculteurs et agricultrices, qui permet à chacune et chacun de bien manger, localement et sainement, et qui garantit la santé de toutes et tous.

Si vous êtes aussi convaincu(e) que nous sur ce sujet, vous pouvez partager cette vidéo autour de vous sur Facebook, Twitter et Instagram, et relayer nos visuels qui reprennent plusieurs de nos propositions sur cet enjeu majeur !

Dans le cadre de cette semaine dédiée à l'alimentation, nous vous proposons de participer à plusieurs Facebook Live :

Laura, pour l'équipe de campagne

Partager cet article
Repost0
22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 19:04

Un sujet dont on parle beaucoup… une analyse possible : le gouvernement commence à avoir peur des écologistes qui savent se rassembler pour avoir de bons résultats aux prochaines élections (régionales et départementales en juin). Donc le moindre prétexte est bon pour tirer à boulets rouges sur les écolos, comme le montre bien le communiqué EELV de ce jour…

 

Alain Coulombel

Ce weekend, la mise en place d’un menu unique sans viande par la municipalité écologiste de Lyon a déclenché une bronca des ministres de la macronie sur les réseaux sociaux. EELV déplore et dénonce la multiplication des polémiques stériles sur l’action les élu.es écologistes et invite le gouvernement à investir son temps dans l’action publique plutôt que dans la communication politique.

 

Alors que l’inaction gouvernementale est chaque jour davantage mise en lumière (gestion de la crise sanitaire, précarité de la jeunesse, loi Climat qui s’annonce largement inutile), le gouvernement cherche à faire diversion. En témoigne la levée de boucliers des ministres de l’Intérieur et de l’Agriculture au sujet du menu unique sans viande à Lyon. Mesure idéologique pour l’un, anti-pauvre pour l’autre, l’ensemble des relais médiatiques de la macronie persiste et signe dans son erreur. Europe Écologie les Verts souhaite rappeler que :

1 – Gregory Doucet, maire écologiste de Lyon, a pris la décision de mettre en place un menu unique sans viande, en accord avec les recommandations sanitaires du Ministère de l’Éducation nationale imposant, sans concertation ni information préalable, un protocole sanitaire renforcé dans les cantines scolaires. Permettant de fluidifier la prise des repas et de renforcer le protocole sanitaire, il est sans viande (et non pas végétarien) car c’est le plus petit dénominateur commun qui permet de rendre effective l’égalité devant le service public à tous les élèves (régimes alimentaires compris).

2 – Cette décision avait déjà été prise à l’identique et pour les mêmes raisons en mai dernier par l’ancien maire de Lyon, Gérard Collomb… lui-même ancien ministre de la majorité. A l’époque cela avait été reçu comme du pragmatisme, c’est aujourd’hui considéré comme « dogmatique », « sectaire » et « idéologique » (sic).

 

Europe Écologie Les Verts déplore l’attitude du gouvernement qui use de diversions pour masquer ses propres carences dans la gestion de la crise sanitaire, ses conséquences sociales et son inaction pour engager la transition écologique.

 

Nous dénonçons cette indignation à géométrie variable qui fait des élu.es écologistes la cible numéro 1 d’un gouvernement politicien à l’approche des échéances électorales. Nous actons enfin la médiocrité d’un gouvernement qui, avec un appui non dissimulé des lobbies agro-industriels, s’entête dans des polémiques stériles et les procès d’intention à l’égard des élu.es écologistes, celles et ceux qui agissent concrètement et de manière responsable au quotidien pour la transition écologique, la justice sociale, la démocratie.

Eva Sas et Alain Coulombel, porte-paroles

Eva Sas

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 10:40

Nous ne reviendrons pas sur la pandémie qui parcourt le monde et la manière donc elle est gérée par les gouvernants, avec en filigrane les menaces sur les libertés individuelles portées par nos smartphones. Nous reviendrons avec le communiqué EELV ci-dessous, sur la défiance vis à vis du gouvernement qui était soulignée ce matin de Pâques par les radios. On comprend que la gestion un peu chaotique de la crise ait pu influencer notre confiance, mais les manœuvres comme celle dénoncée par EELV nous paraissent plus susceptibles encore de provoquer la méfiance. On finit pas se dire : on peut s'attendre à tout avec ces gens là.

Non à la remise en cause du principe de précaution pour les zones d’épandage !

En pleine crise liée au Covid-19, le gouvernement n’a pas peur d’un nouveau scandale sanitaire : les épandages agricoles sont autorisés en bordure immédiate des habitations, ou comment enterrer les « ZNT – Zones de Non traitement » – sous couvert de la crise sanitaire.

 

Après une intense controverse et un énième recul devant le lobby des pesticides, le gouvernement avait adopté fin décembre 2019 un arrêté définissant des « zones de non traitement » fixant les distances entre les épandages de pesticides et les limites de propriété des habitations bordant les champs. En parallèle, un décret demandait à chaque département d’adopter des « chartes d’engagement des utilisateurs », permettant la réduction de ces distances.

 

Europe Écologie Les Verts avait déjà dénoncé dans un communiqué le scandale de santé publique que représentait ce décret. Ces distances, réduites ou non, sont largement insuffisantes et exposent dangereusement la santé de nos concitoyen.nes.

 

En pleine crise sanitaire, plutôt que d’appliquer le principe de précaution et faire respecter les distances minimales tant qu’une charte n’est pas opérationnelle, le ministère de l’agriculture vient d’autoriser la réduction des distances pour les épandages agricoles, donnant raison aux nombreuses associations et mouvements écologistes pour qui ces chartes ne sont qu’une mascarade de plus pour continuer à pérenniser un modèle agricole à bout de souffle.

 

Pourtant, la pandémie du Covid-19 aurait dû logiquement entraîner un durcissement de cette mesure et non son assouplissement, au nom du principe de précaution, la pollution de l’air issue de ces épandages étant considérée par certains médecins et chercheurs comme un facteur aggravant de l’épidémie, car fragilisant les voies respiratoires.

 

Alors que de nombreux chercheurs, experts et intellectuels appellent en ce moment à orienter la relance post-crise vers une transition écologique de la société et un mode vie plus résilient et plus sain, le gouvernement se rabat sur les réponses obsolètes de la vieille économie, qui aggravent les problèmes sanitaires et environnementaux et  in fine, notre vulnérabilité.

 

Plutôt que de profiter de cette pandémie pour casser les réglementations environnementales, préparons intelligemment le monde d’après en opérant massivement la transition écologique de notre agriculture et de notre système alimentaire.

 

Commission Agriculture d’Europe Écologie Les Verts

Alain Coulombel et Éva Sas, porte-paroles

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2019 1 30 /12 /décembre /2019 11:50

Les militants d'EELV analysent les décisions gouvernementales même pendant "la trêve des confiseurs" mais y a-t-il une trêve des confiseurs cette année ? Les personnes en grève sont encore bien nombreuses pour exprimer leurs peurs d'avoir une retraite massacrée, sinon pour eux du moins pour leurs enfants. Les fins de mois vont devenir difficiles. Des cagnottes de soutien aux grévistes sont annoncées sur internet. Voici dans l'immédiat un communiqué EELV à propos des pesticides. Un gouvernement qui se moque des malades qui souffrent de l'exposition à ces produits chimiques ? Un gouvernement aussi indifférent aux réactions des Français pour les retraites que pour leur santé.

Le décret gouvernemental fixant les distances minimales d’épandage des pesticides vient de paraître au Journal Officiel, pour une application au 1er  janvier 2020.

 

Au terme d’une concertation qui aura vu plus de 50.000 contributions, le gouvernement n’a absolument pas tenu compte de la mobilisation citoyenne et des dangers que représentent pour la population l’épandage de pesticides à proximité des habitations.

 

Les distances à respecter ne seront que de cinq mètres pour les cultures dites basses comme les légumes et céréales et de dix mètres pour les cultures hautes, fruitiers ou vignes, distance portée à 20 mètres pour les  produits les plus dangereux (en dehors du glyphosate aux effets cancérogènes pourtant scientifiquement établis), mais qui ne représentent que 0,3% des substances utilisées.

 

Les choix du gouvernement sont particulièrement scandaleux et ne répondent pas aux enjeux en matière de santé publique et à l’inquiétude des riverains de zones d’épandage. « Les distances soi-disant de sécurité retenues sont inconséquentes, réagit François Veillerette, le directeur de Générations futures, l’association qui avait saisi le Conseil d’Etat pour contester le précédent arrêté régissant l’usage des pesticides. Dix mètres ou rien, cela s’avère identique. Il y a là un mépris flagrant des familles exposées et qui ne peuvent se protéger des dangers des pesticides. »

 

Pour toutes ces raisons, EELV continuera à soutenir les maires prenant des arrêtés interdisant l’utilisation de pesticides à proximité des maisons d’habitation et les associations environnementales qui se porteront devant le Conseil d’Etat pour l’annulation de l’arrêté.

 

Alain Coulombel et Éva Sas, porte-paroles

 

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 18:16

Voici un appel aux dons d'EELV sur le plan national. Comme nous n'en avons vu aucun écho dans la presse nous pensons que c'est bien que nos lectrices et lecteurs en soient informés et fassent passer ce message. Le combat continue…
 

    

Chère amie, cher ami,

Le 6 novembre, la fédération départementale de la Somme de la FNSEA attaque EELV au Tribunal de Grande Instance d’Amiens.
Notre crime ? Avoir, selon ces soutiens des pesticides de synthèse, “pollué la démocratie” (sic) en incitant les écologistes à participer massivement à la consultation lancée par le gouvernement pour réguler l’épandage des pesticides de synthèse.

La FDSEA de la Somme nous réclame des milliers d’euros ainsi que les coordonnées des 15 000 personnes ayant participé à la mobilisation (pour mieux les matraquer de publicités pour Monsanto ?).

Il en est tout simplement hors de question.

 

Mais nous défendre coûte cher et nous sommes fauché-es : nous avons besoin de blé pour nous défendre contre les pro-pesticides.

Donnez pour soutenir la mobilisation

Si nous avons des raisons d’être confiant-es sur l’issue du procès, le seul fait de devoir nous défendre en justice mobilise les maigres ressources que nous voulons plutôt consacrer à l’appui aux candidat-es écologistes partout sur le terrain.

 

Clairement, les pro-pesticides sont prêt-es à tous les coups bas pour nous fragiliser et réduire au silence les voix qui s’élèvent contre le business toxique de Monsanto-Bayer et des autres. Et il faut dire que, chez EELV, nous ne faisons pas le choses à moitié : loi Labbé pour restreindre l’usage des pesticides, soutien aux maires protecteurs/ices prenant des arrêtés anti-pesticides et même contestation en justice de l’autorisation de mise sur le marché des produits Roundup (audience à Lyon le 5 novembre, plus d’informations ici).

Face à cette poursuite-bâillon, répondons par la solidarité et réaffirmons le droit pour les écologistes de mobiliser largement dans le cadre d’une démocratie en continu.

Donnez pour soutenir la mobilisation

 

Rendez-vous à Amiens le 6 novembre à 9h devant le Tribunal de Grande Instance. Pour en savoir plus…

Ils veulent nous faire taire, faisons du bruit !

À très vite,

 
Julien Bayou et Sandra Regol
Porte-parole

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:23
Vœux à Pugny avec D. Dord (Dauphiné libéré)
Vœux à Pugny avec D. Dord (Dauphiné libéré)

Comme le dit si bien Marion Gerlaud sur sa page Facebook : "Super camping de Pugny : 2000 personnes dans un village qui en fait moitié moins, sur une zone humide qui plus est, il est encore temps de revenir sur ce projet !" Ce qui nous impressionne aussi c'est la manière de procéder de la municipalité et de la CALB sur ce dossier. Ni très transparent, ni très démocratique… On notera dans l'illustration jointe que le président de la CALB était présent pour la cérémonie des vœux à Pugny. Un renfort pour faire passer la pilule ?

.

Signer la pétition

Alors si nos lectrices et lecteurs s'inquiètent de protéger notre planète contre la disparition de la biodiversité liée aux zones humides, contre la diminution dramatique des surfaces agricoles, ou leur mauvaise gestion, c'est le moment de vous pencher sur ce dossier et de signer la pétition mise en ligne par les opposants aux projets. Leurs arguments nous semblent mériter d'être pris au sérieux.

Pour voir le site de la pétition cliquer ici.

Pour voir le site de "Vivre à Pugny" qui donne les dernières nouvelles, cliquer ici.

.

Voici un résumé des arguments :

Projet démesuré dont l'information et la concertation sont cachées aux habitants depuis 2009

Provocant

- Un Déficit d'eau potable pour toutes les communes environnantes.

- La Réduction des zones humides, véritable poumon de la biodiversité et de verdure

- L'Aggravation du trafic routier et des nuisances sonores risque sécuritaire important.(versus réseau routier secondaire actuel)

- La Perte de surfaces agricoles au profit du bétonnage.

- Pour L'étude de projet alternatif en totale concertation des habitants de la zone et des associations de sauvegarde de l'environnement.

.

Donc à vous de jouer, de signer et d'inviter vos amiEs à signer et à diffuser cette pétition le plus possible.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 13:10

Voici des informations intéressantes sur le travail de nos conseillers régionaux. Vous pouvez les lire sur le site des élus EELV ou ci-dessous.

Rentrée 2014 : ça s’est passé cet été
     
 
 
 
 
 
 
Rentrée 2014
Ca s’est passé durant l’été en Rhône-Alpes
 
   

La région Rhône-Alpes ouvre son fonds d’urgence humanitaire pour répondre aux besoins les plus urgents des personnes affectées par le conflit dans la bande de Gaza.

 

En savoir plus

 
 
 
 
     
 

Center Parcs des Chambaran : la fin du projet ?

La commission d’enquête concernant l’installation d’un Center Parcs au cœur des Chambaran a émis un avis défavorable. Les élus écologistes s’en réjouissent et appellent désormais à travailler à une alternative à la hauteur des enjeux.
 
 
En savoir plus
 
 
 

Agriculture Bio : l’aide au maintien menacée
Les élus écologistes ont écrit au ministre de l’agriculture concernant son projet Ambition bio 2017 afin d’exprimer des craintes concernant l’aide au maintien des exploitations en bio.
 
 
En savoir plus
 
 
 

Décentraliser la loi Littoral ? Attention danger

Les mauvais coups à l’environnement se font toujours en période d’été, la proposition faite le 1er juillet par 13 sénateurs de « décentraliser » la loi Littoral n’y déroge pas.
 
 
En savoir plus
 
 
 

Les approximations de Jean-Jack Queyranne sur le Lyon – Turin

Jean-Jack Queyranne s’est fendu d’un nouvel appel à la construction d’un second tunnel pour la liaison ferroviaire Lyon – Turin. Hélas, lancé à pleine vitesse, son argumentaire a quelque peu déraillé. Les élus écologistes souhaitent rétablir quelques vérités.
 
 
En savoir plus
 
 
 
     
 
 

Dimanche 21 septembre : marche mondiale pour le climat

Le 21 Septembre
nous aurons une chance sans précédent de montrer combien nous nous préoccupons du changement climatique avec la plus grande mobilisation pour le Climat de l’Histoire.

La marche pour le climat près de chez soi

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 21:37
EELV

Préserver les terres en Rhône-Alpes

Le territoire rhônalpin est confronté à une forte pression foncière. Au début du mandat, les écologistes ont tenu à créer une délégation spécifique sur cette question. Cette mission transversale échoit à Gérard Leras (EELV). La Région Rhône-Alpes s’est donc fixée 4 objectifs clairs : préserver les espaces naturels et agricoles, lutter contre l’étalement urbain, combattre le déficit de logements, imaginer un autre modèle de développement pour la montagne. Vous trouverez dans cette lettre d’informations des exemples concrets d’action régionale en ce sens.

FONCIER : LE SOL EST UN BIEN COMMUN

En tant que conseiller spécial à la politique foncière, Gérard Leras cherche à limiter l’étalement urbain et à préserver les espaces agricoles. Transports, alimentation, logement, environnement… Il explique les multiples enjeux de cette question.

Lire la suite

Du maraîchage aux portes de Grenoble

Entre Voreppe et Moirans, en Isère, une concertation a permis de localiser une zone Industrielle de manière plus cohérente et ainsi préserver des terres agricoles.

 Lire la suite

La friche industrielle devient parc urbain

A l’est de Vienne, une zone industrielle du XIXe siècle est l’objet d’un grand projet de réhabilitation qui implique toutes les institutions locales. Une manière pour les villes d’accueillir plus d’habitants sans grignoter les terres agricoles.

Lire la suite

Arbusigny : « L’intervention de la Région a été déterminante »

Agricultrice en maraîchage à Arbusigny, en Haute-Savoie, Nathalie Daiguemorte a failli voir son exploitation amputée du tiers de sa surface par un projet qui respectait mal les règles d’urbanisme.

Lire la suite

 

Rosières : un cœur de village se renforce

Le maire de Rosières souhaitait construire des logements en périphérie. Avec l’appui de la Région, il préfèrera finalement renforcer le bourg du village en préservant les espaces agricoles environnants.

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 22:18

Monsanto pesticide to be sprayed on food crops.

Communiqué de presse du 24 mai 2012

Justice et mobilisation paysanne : Monsanto perd du terrain, l'agriculture paysanne et la population en gagnent

Deux décisions de justice, l'une rendue au Brésil, l’autre en France, viennent d’infliger à la firme Monsanto, chantre des organismes génétiquement modifiés (OGM), deux sérieux camouflets. Le 4 avril 2012, la justice brésilienne, par une décision d'un tribunal de l’Etat du Rio Grande do Sul, a refusé à Monsanto le droit de prélever des royalties sur le soja OGM, lorsque ce dernier était replanté. Le juge a non seulement ordonné de suspendre la collecte des redevances (royalties) sur les semences de soja vendues pour Monsanto, mais il a également ordonné le remboursement par Monsanto des frais de licence déjà perçus, en soulignant que ces pratiques commerciales et financières violaient la loi brésilienne sur les variétés.

Dans un autre registre, le 18 mai dernier, c’est le Conseil d'Etat français qui a rejeté un recours en référé déposé par deux sociétés de Midi-Pyrénées contre l'arrêté d'interdiction du maïs transgénique Monsanto sur l’interdiction de cultiver le très controversé MON810. Les deux sociétés s’opposaient à l’arrêté pris mi-mars par le précédent gouvernement visant à interdire « temporairement » la culture du MON810 en France. Certes l’affaire n’a pour l’instant pas été jugée au fond, le Conseil d’Etat se prononcera ultérieurement, mais le rejet du référé permettra de passer la période des semis et de rendre effectif cette interdiction temporaire.

Europe Écologie Les Verts salue ces décisions de justice pour deux raisons principales. D'une part, sur le fond, elles rappellent à Monsanto que dans une société de droit, la finance et la puissance industrielle ne peuvent pas tout. La force de ses conseils et le lobbying organisé par Monsanto pour imposer partout dans le monde ses OGM dans le seul but d'augmenter ses profits au détriment de la souveraineté alimentaire, de la santé des consommateurs, de l’indépendance et du savoir-faire traditionnel des paysans ne peuvent pas outrepasser dans un état de droit, une justice indépendante.

D'autre part, EELV observe que ces deux décisions de justice sont le fait d'actions engagées soit en demande, soit en défense par des organisations syndicales et des associations de défense d'une agriculture paysanne ou biologique. C'est une nouvelle démonstration que des organisations syndicales, des associations et des ONG fortes et indépendantes sont des éléments indispensables au bon fonctionnement d'une démocratie vivante et protectrice des droits de la population.

EELV veillera dans le cadre de la future majorité parlementaire à maintenir l’interdiction de la culture des OGM, mais également au développement et à la protection d'une expertise indépendante et reconnue, ainsi qu'à la protection des lanceurs d'alerte.

Pascal DURAND,
Porte-Parole
Partager cet article
Repost0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 07:01

A l'heure où l'accès à la terre et les pressions sur les terres se font de plus en plus fortes... Alors qu'il faudrait les préserver pour demain car ses terres risquent de nous manquer.  

Nous aurons toujours besoin de nous nourrir, voici donc une activité pérenne pour les courageux qui continuent ce travail de la terre et que l'on remercie.

Mais hélas l'agriculture a été sacrifiée depuis de nombreuses années... et compte-tenu de l'augmentation du coût de l'énergie et du pétrole, il serait mieux que la production reste ou redevienne locale.

 

La pression foncière trop forte dans notre région incite trop souvent à la vente et aboutit souvent à des constructions, à défaut d'agriculteurs continuant l'activité.

Ou alors, par exemple, ceux-ci par manque de revenus obligés de vendre pour s'assurer une retraite correcte par exemple.

Le problème est complexe mais il faut en débattre et que les politiques agissent dans le bon sens, il y a URGENCE.

Il faut absolument encourager à garder et encourager l'agriculture bio et locale afin de développer notre autonomie alimentaire. Nous relayons donc cette intéressante intitiative de Terre de Liens ...

 

Et si besoin, on compte sur vous pour être prêt à défendre les agriculteurs ou les terres cultivées et/ou cultivables près de chez vous !

 



COMMUNIQUE DE TERRE DE LIENS - Campagne « Faites pousser une ferme ! »

 

Terre de Liens lance en ce début d'année une nouvelle campagne « Faites pousser une ferme près de chez vous ! ». Destinée à un public large, cette nouvelle mobilisation a trois buts : aller au-delà des installations déjà réalisées en permettant la concrétisation de 50 nouveaux projets à travers la France, sensibiliser le public français aux problématiques de l'accès à la terre et enfin, convaincre de nouvelles personnes de monter, comme vous l'avez fait, à bord du projet porté par notre mouvement. N'hésitez donc pas à diffuser l'information autour de vous !

L'année 2010 a été très dynamique et pleine d'évolutions pour Terre de Liens. La présence du mouvement s'étoffe à travers le territoire national, plusieurs associations régionales se sont constituées pour mieux répondre aux sollicitations en régions, et les projets de la Foncière comme du Fonds sont tous les jours plus nombreux. Grâce aux 7 millions d'euros de souscriptions collectés pour la Foncière lors de la dernière campagne, 24 acquisitions ont été réalisées ou sont en passe de l'être, avec à la clef 55 paysans installés ou confortés dans leur installation. Vous pouvez retrouver sur notre site web la liste et le descriptif des projets soutenus par la Foncière et le Fonds. Le Fonds Terre de Liens, pour sa part, a jusqu'ici reçu 15 propositions de donations de fermes. Afin de pouvoir se transformer en fondation reconnue d'utilité publique, le Fonds a besoin d'élargir son assise et notamment le nombre de ses donateurs réguliers. C'est de cette façon qu'il pourra préserver ces lieux, protéger leur usage agricole sur le long terme et faciliter l'installation, d'une génération à l'autre, de paysans pratiquant une agriculture respectueuse de l'environnement.

 

Cette période d'effervescence est positive : elle confirme que notre action répond à un besoin et à un intérêt de la société française. Cependant, elle induit aussi des évolutions internes à Terre de Liens pour être capables de répondre à la quantité d'activités et d'initiatives lancées cette année. Terre de Liens a désormais pour priorité de mieux informer ses actionnaires, ses adhérents et ses donateurs de l'avancement des projets et de la vie du mouvement plus généralement. Nous avons conscience qu'il est indispensable de mieux vous associer à la vie de notre mouvement. Les efforts deployés à l'échelle des régions, de même que la mise en place, récente, d'un poste de communication et d'un poste d'animation à l'échelle nationale, sont autant d'éléments qui permettront de planifier et d'assurer un retour d'informations substantiel et plus régulier qu'il n'a pu l'être jusqu'ici.

Terre de Liens est en mouvement, et c'est grâce à votre implication à tous ! Nous comptons sur votre mobilisation pour diffuser dans votre entourage cette nouvelle campagne, qui permettra de conforter les projets d'installations agricoles démarrés cette année et de répondre positivement aux sollicitations d'agriculteurs cherchant à lancer leurs activités courant 2011.

Salutations solidaires,

Sjoerd Wartena,
Président
Terre de Liens

---------------------

Terre de Liens lance la campagne « Faites pousser une ferme ! » 

Face aux difficultés d'accès à la terre et aux pressions visant les terres agricoles, Terre de Liens lance la campagne "Faites pousser une ferme près de chez vous !".

Au cours des 10 prochains mois, cette initiative permettra l'installation de plusieurs dizaines d'agriculteurs à travers la France. Le public est invité à soutenir, au choix, l’un des 50 projets agricoles proposés par Terre de Liens.
En appuyant et en faisant aboutir ces projets, Terre de Liens entend aussi démontrer qu'il est possible de développer des modèles agricoles locaux et porteurs de biodiversité.

Une occasion de soutenir l'accès des paysans à la terre et de participer, très concrètement, au développement de fermes en agriculture biologique ou paysanne.

Découvrir la campagne, monter à bord, la relayer ?

>> Découvrir la campagne (site web dédié)

>> Consulter le dossier de presse complet

 

 


Partager cet article
Repost0